#NORIDING : pourquoi vous ne devez pas monter à dos d’éléphant !

pourquoi il ne faut pas monter à dos d'elephant

Si vous avez pour projet de partir en voyage en Asie, vous allez forcément tomber sur des excursions vous proposant des balades à dos d’éléphant. Certains se diront que c’est une belle sortie en famille « en pleine nature », d’autres, qu’il serait dommage d’aller en Asie sans pouvoir s’approcher de ces incroyables et majestueux pachydermes (et puis quelle superbe photo de profil en rentrant des vacances)… Oui mais savez-vous ce qu’il se cache derrière cette attraction si prisée des touristes ? De la TORTURE ! Je vous en dis plus…

Une torture dès la naissance

Les éléphants sont des êtres très protecteurs lorsque l’on se rapproche de leurs progénitures. Il vivent au sein de l’une des sociétés parmi les plus étroitement soudées au monde. Tout comme chez l’homme, la perte d’un être cher entraine des bouleversements dans le cycle familial du pachyderme. Les familles d’éléphants ne peuvent être séparées que par la mort ou la capture. C’est pour cette raison que les éléphanteaux sont capturés dans la nature. On estime, que pour arriver à leur fin, les futurs dresseurs doivent tuer 3 ou 4 éléphants pour pouvoir en capturer un.

elephant Thailande pourquoi faut pas monter à dos d'éléphant

Le rituel du « phajaan »

Une fois, l’éléphant capturé, il doit subir un rituel que l’on appelle « phajaan« . Cette pratique consiste à ‘briser l’esprit de l’éléphant’ afin que celui-ci perde ses réflexes et son instinct sauvage. La finalité ? Lui instaurer, dans sa mémoire, une peur irréversible de l’homme.

Concrètement, comment ça se passe ?

Les dresseurs, appelés « mahouts« , s’attaquent aux éléphanteaux de 2/3 ans et les enchaînent dans une cage très étroite entre 4 ou 6 jours pour qu’il n’ait aucune chance de bouger et encore moins de s’échapper… Après cette première étape, les mahouts les battent aux zones les plus sensibles (les oreilles et la tête principalement) à l’aide d’un bullhook (ou goad). Cet outil ancestral ressemble à un crochet ou plutôt à un pic à glace.

Et pour couronner le tout, les éléphants sont gardés éveillés, parfois électrocutés et étouffés et sont privés de nourriture et d’eau (pour rappel un éléphant adulte doit manger environ 200 à 300 kilos de nourriture par jour pour rester en bonne santé). Après quelques jours de souffrance, lorsque les mahouts estiment que l’esprit de l’éléphant est brisé, la seconde partie du dressage commence.

Regardez la cérémonie du « phajaan » en vidéo :

Une souffrance qui dure toute sa vie

Sorti de sa petite cage, l’éléphant subit ensuite tout le dressage nécessaire pour les balades comme l’apprentissage des directions et tous les gestes qu’il devra répéter pour amuser la galerie. Bien sûr, la torture ne s’arête pas là puisque s’il ose désobéir durant les promenades, le mahout, toujours accompagné de son crochet, n’hésitera pas lui faire une petite piqure de rappel…

A cela, rajoutez le poids de l’homme et de la nacelle que l’éléphant doit supporter tout au long des ballades. Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’éléphant ne peut supporter que 150 kilos… Le poids de deux touristes, du dresseur et de la nacelle peut atteindre donc facilement le double de ce qu’il est en mesure de supporter !

Résultat ? Alors que la moitié des éléphants ne survivent pas au dressage, les survivants, eux, doivent travailler (dans de conditions psychologiques déplorables) toute leur vie sous l’emprise de l’humain. Certains sont même drogués. Les conséquences sont déplorables et j’ai pu l’observer lors de mon séjour à l’Elephant Nature Park de Chiang Mai en Thaïlande : alors que certains sont devenus malades mentaux, d’autres ont des pieds cassés à cause des chaines ou le dos totalement abîmé  Si vous avez l’occasion de vous approcher d’éléphants domestiqués, vous pourrez aussi observer, sur leurs oreilles et leurs têtes, toutes les cicatrices et les trous causés par le fameux bullhook.

blessure elephant balade à dos d'éléphant

Le même traitement pour tous les éléphants domestiqués

Pour info, les éléphants utilisés pour l’industrie forestière, la mendicité (ils sont amenés en pleine ville pour attirer les foules et apporter de l’argent au dompteur. Double peine pour eux : en plus d’avoir subit de la torture, ils sont totalement apeurés et stressés par le vacarme de la ville), et dans les cirques subissent TOUS les mêmes traitements. Retenez ainsi qu’un éléphant domestiqué a forcément été dressé sous la torture.

Les alternatives pour rencontrer des éléphants

Bien heureusement, il existe de nombreuses alternatives pour rencontrer des éléphants en Asie sans leur porter atteinte :

  • Dans leur milieu naturel, vous pouvez en effet les rencontrer dans des réserves naturelles.
  • Dans des centres de refuge et de sauvetage qui recueillent et chouchoutent des éléphants utilisés auparavant à des fins touristiques.

En plus des les approcher, vous participerez à la vie quotidienne de bénévole. Pour ma part, je me suis rendue à l’Elephant Nature Park de Chiang Mai puis à l’Elephant Haven Thailand de Kanchanaburi en Thailande. Ce sont les plus belles expériences de ma vie.

voir-des-elephants-thailande


C’est en parti à cause des touristes que cette pratique perdure. Vous avez donc les cartes en main en décidant de ne plus cautionner ce genre de pratique ! Comment ? En boycottant les balades à dos d’éléphant et en vous précipitant dans les parcs associatifs. 🙂

Pour signer la pétition, c’est par ici ou !
Pour en savoir plus, découvrez le film (en anglais) An Elephant Never Forgets :

An Elephant Never Forgets – A Groundbreak Productions Feature Documentary from Groundbreak Productions on Vimeo.

Laisser un commentaire