Où voir des orangs-outans sauvages ?

Où voir des orangs-outans sauvages

Espèce menacée, il n’est possible d’observer les orangs-outans, à l’état sauvage, qu’à deux endroits dans le monde : Sumatra et Bornéo. Que faut-il savoir des menaces qui pèsent sur les orangs-outans ? Quels sont les impacts de l’écotourisme sur la conservation de l’espèce ? Comment voir des orangs-outans de manière responsable ? Je vous partage mes recherches et mon expérience.

Voici l’un des articles qui me porte le plus à coeur depuis quelques temps. Et pour cause, il m’a fallu des heures et des heures de recherche avant d’y voir plus clair sur le sujet. Tout le monde (ou presque) sait que l’orang-outan est une espèce en danger mais pourtant, il n’existe que très peu d’informations sur les manières d’agir pour protéger ces primates.

Je savais, en allant en Indonésie, que j’aurais des chances d’en voir à l’état sauvage sur l’île de Sumatra. Mais l’amoureuse des animaux que je suis, n’a pas pus s’empêcher de passer des heures sur le net pour savoir si c’était une bonne chose d’aller les voir. Pour tout vous dire, c’est la seule expérience sur laquelle nous nous étions renseignés avant de partir. Il faut dire que c’était l’un de mes rêves d’enfance. Avant d’aller plus loin, je vous propose un court état des lieux sur la situation des orangs-outans dans le monde.

où voir des orangs-outans dans la nature

L’orang-outan, une espère en danger

Placé sur la liste rouge des espèces en danger par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, l’orang-outan est plus que jamais en danger. Après l’orang-outan de Sumatra, c’est au tour de celui de Bornéo d’être inscrit sur la liste des espèces menacées. Un constat alarmant sachant que ce sont les deux seuls endroits de la planète où l’on peut encore en trouver à l’état sauvage et que près de 90 % de la population a disparu. Non seulement, ce constat sous-entend que l’orang-outan sauvage est à la dernière étape avant l’extinction totale mais en plus, il pourrait disparaître d’ici 10 ans si l’on ne fait rien.

Les orangs-outans menacés par la déforestation :

Devenue un enjeu majeur pour les écologistes, la déforestation est la première menace dont doit faire face les orang-outans. Face à cette situation inquiétante, les campagnes anti huile de palme (comme les anti Nutella) se multiplient et visent à dénoncer les conséquences d’une surconsommation d’huile de palme. Il faut savoir que l’Indonésie est le premier producteur d’huile de palme au monde. Conséquence ? En 25 ans, plus d’un quart des forêts Indonésiennes ont disparu. Les primates se retrouvent alors démunis de leur habitat naturel ou pire, ils meurent brulés. Et ce ne sont pas les seuls puisqu’au delà des orangs-outans, ce sont les tigres, rhinocéros, éléphants, ours, gorilles et autres primates qui subissent la déforestation dans le monde.

Si l’écosystème local est le premier a en subir les conséquences, l’huile de palme aurait également une grande influence sur le réchauffement climatique mondial. En effet, pour cultiver les palmiers, les industriels défrichent les champs par le feu. Les incendies détruisent les écosystèmes et les sols et participent ainsi à la pollution atmosphérique. Cette technique dite du « brûlis » relargue des milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, et contribue donc au changement climatique.

les orangs-outans menacés par la déforestation

Le braconnage, un autre danger pour les orangs-outans :

En plus de subir les conséquences dramatiques de l’huile de palme, les orangs-outans sont aussi chassés par les braconniers. Ces derniers tentent de capturer les petits pour les vendre à des zoos privés ou comme animal de compagnie à des particuliers. Même si c’est plus rare, l’orang outan est également chassé pour sa viande et il arrive aussi qu’on utilise les femelles pour les prostituer.

Un animal vulnérable :

Face à tous ces dangers, l’orang-outan est véritablement menacé. D’autant plus que c’est un animal vulnérable. Les femelles peuvent se reproduire à partir de l’âge de 10 ans et peuvent donner naissance tous les 5 à 8 ans. Avec un cycle de reproduction très lent, il n’est donc pas étonnant que le taux de natalité soit moindre.

Les orangs-outans des animaux vulnérables

Pourquoi il ne faut pas être bénévole courte durée dans un centre de réhabilitation pour orang-outan ?

Comme je vous le disais, je voulais absolument voir des orangs-outans en allant sur l’île de Sumatra en Indonésie. Mon premier réflexe fut de me renseigner sur les expériences de bénévolat possibles dans des refuges. J’étais même prête à y passer plusieurs semaines. Jusqu’à ce que je comprenne que ce n’était pas une bonne idée. Après des milliers de recherche sur Internet, j’ai vite compris que les missions dans les centres de réhabilitation devaient être réservées à des professionnels et qu’il ne fallait pas prendre ce travail à la légère.

En effet, les centres de réhabilitation qui proposent aux touristes de visiter le refuge et de s’approcher des orangs-outans ne prennent pas toutes les précautions qu’ils ne devraient. Attention, je ne critique pas le travail de ces associations, je dis juste que leur mission ne doit pas s’étendre au grand public. En effet, il est arrivé que des centres de réhabilitation proposent aux visiteurs de nourrir et toucher les primates. Si ces actes peuvent paraître anodins, ils ont pourtant des conséquences sur l’avenir des primates.

centre réhabilitation orangs-outans

Il faut savoir que pour apprendre les comportements naturels à un jeune orphelin, il faut parfois jusqu’à 7 années d’entrainement. Sachant que les orangs-outans effectuent leur apprentissage par l’observation, ils ne doivent pas être en contact régulier avec des humains au risque de recopier leurs comportements. D’autant plus qu’il s’agit d’une espèce qui vit principalement dans les arbres et qu’ils ne descendent au sol qu’en cas d’extrême urgence. Donner à manger à un orang-outan, c’est lui apprendre des mauvaises habitudes qui peuvent lui risquer sa vie lorsqu’il sera relâché. En effet, s’il pense que la nourriture se trouve au sol et non dans les arbres, il s’exposera à la vue de ses prédateurs et aura plus de chance de se faire attaquer. Enfin, en étant en contact avec des orangs-outans, vous avez des chances de lui transmettre des bactéries qui peuvent leur être fatales (même si elles ne le sont pas pour vous).

Toutes ces raisons peuvent expliquer que certains centres de réhabilitation n’aient pas réussi leur mission lorsqu’ils ont réintroduit des orangs-outans dans la jungle puisque de nombreux n’ont pas su s’adapter à la vie sauvage et sont morts.

Encore une fois, je ne critique pas les centres de réhabilitation. Réapprendre la vie sauvage à des orangs-outans orphelins ou domestiqués est un travail très compliqué qui prend du temps et qui doit être réservé à des spécialistes.

S’il n’est pas conseillé de réaliser une mission de bénévolat auprès d’orangs-outans, il est, pour autant, possible de les voir à l’état (presque) sauvages et d’apporter sa contribution à la protection de l’espèce en vous rendant dans la jungle.

Où voir des orangs-outans sauvages ?

À l’état sauvage, il ne reste que des orangs-outans à Sumatra et Bornéo. Que ce soit sur la première île ou l’autre, il est possible de partir en trek pour les observer dans leur milieu naturel.

Voir des orangs-outans ur l’île de Sumatra :

En voyage à Sumatra, je me suis donc intéressée au Gunung Leuser National Park où près de 6000 orangs-outans cohabitent. Près du charmant petit village de Bukit Lawang, de nombreuses guest house et petites agences proposent d’effectuer un trek de un ou plusieurs jours dans la jungle et tenter de rencontrer des orangs-outans. Les trek se pratiquent dans une zone sur laquelle se trouvait un centre de réhabilitation il y a quelques années. Les orangs-outans étant territoriaux, il est quasi sûr de voir les mêmes individus si l’on y revient à plusieurs reprises. Tant mieux pour les autres qui ne seront presque jamais dérangés. Pour ceux que l’on peut croiser, il faut donc prendre toutes ses précautions pour ne pas les perturber.

treck voir orangs-outans Sumatra

L’importance d’un guide responsable :

Pour cela, il est indispensable de choisir son guide avec attention. Si le guide ne tient pas compte des règles à respecter (ne pas nourrir les animaux, ne pas les approcher, ne pas les toucher, ne pas les perturber, ne pas crier, ne rien laisser dans la nature…) les orangs-outans peuvent devenir, à terme, agressifs. Choisir un guide qui ne se soucie pas de la nature et qui ne respecte pas les règles, c’est contribuer à la menace qui pèse sur l’espèce. Parce que la présence d’orangs-outans attire de plus en plus de touristes, il est de notre devoir de choisir un guide certifié. En effet, il y a environ 500 guides enregistrés à Bukit Lawang alors que seulement 35 sont véritablement certifiés.

Malheureusement, j’ai vu lors de notre trek de deux jours des guides qui ne respectaient pas les règles de bonnes conduites.

Choisir guide certifié trek orangs-outans Bukit Lawang

La bonne nouvelle ?

Même si les orangs-outans sont parfois stressés par la visite répétitive des touristes, il a été démontré que l’écotourisme à Bukit Lawang est bénéfique pour la sauvegarde de l’espèce. Comme le cite un article du Monde «  l’écotourisme peut faire la différence entre la sauvegarde ou l’extinction des espèces menacées ». Si le tourisme vert peut avoir des impacts négatifs, il a tout de même beaucoup de positifs.

L’université australienne de Griffith a effectué des recherches en développant un modèle calculant le bilan total du tourisme vert quantifiant précisément ses impacts sur les espèces menacées. Résultat ? Huit des neuf espèces étudiées bénéficient favorablement de l’écotourisme. « L’effet le plus frappant est observé sur les orangs-outans de Sumatra. Alors que, sans écotourisme, cette espèce est vouée à s’éteindre, une pratique largement diffusée permettrait la sauvegarde de cet animal. En adoptant le tourisme vert à grande échelle, les bénéfices seraient suffisants pour surpasser les impacts de la déforestation et ainsi sauver l’habitat des primates. » comme l’explique l’article du journal Le Monde

écotourisme favorable aux orangs-outans

1 Commentaire

  1. Django dit :

    Super intéressant très bien écrit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.